Une pathologie mal connue et mal vécue - Herpès labial : la reconnaissance des signes annonciateurs est capitale

Une pathologie mal connue et mal vécueHerpès labial : la reconnaissance des signes annonciateurs est capitale

Christine Nicolet
| 30.09.2019

La majorité des patients atteints d'un herpès labial récurrent ont une méconnaissance des symptômes. Résultats : ils se soignent eux-mêmes, trop tardivement, et ne sont pas satisfaits de leur traitement. L'étude nationale RP'S 2 019* propose d'observer les regards croisés des patients et des médecins généralistes (MG) sur cette pathologie stigmatisante.

  • herpes

En France, 4 personnes sur 10 connaissent un épisode d'herpès viral au moins une fois dans leur vie et 15 % souffrent d'un herpès labial récidivant. Ces épisodes de récidives ont des conséquences physiques, émotionnelles et sociales importantes.

Pourtant, l'herpès labial n'est pas un motif de consultation de première intention, les patients sollicitent un avis médical trop tardivement, alors qu'un traitement antiviral administré le plus tôt possible peut réduire la durée et l...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
nego

Négociations conventionnelles : la FSPF claque la porte

Coup de théâtre ce matin dès la première séance des négociations conventionnelles rouvertes à l’initiative de la CNAM mais à laquelle la FSPF refuse désormais de participer. Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats... 18

Partenaires