Dermato pratique - La peau qui… brûle

Dermato pratiqueLa peau qui… brûle

Pr Philippe Humbert
| 19.09.2019

La peau est un organe qui non seulement s’examine par le regard et par le toucher, mais qui peut aussi être questionné afin d’approfondir le ressenti du malade qui exprimera des perceptions, des sensations souvent invisibles, c’est-à-dire non accompagnées de symptômes cliniques visiblement patents. Il s’agit là de la symptomatologie fonctionnelle ressentie par un patient et qui parfois est le seul signe d’une maladie sous-jacente qui peut être de nature extra-cutanée dans la majorité des cas. Cette rubrique passera donc en revue un certain nombre de symptômes exprimés par cet organe complexe qu’est la peau.

  • vitamine b12
  • Erythème en vespertilio visage
  • Vitamine b12 mains

Lorsqu’un malade exprime que sa peau le brûle, et bien que dans la majorité des cas il n’y a pas de symptômes visibles, il est clair qu’il faut s’y intéresser et se servir de ce symptôme pour établir le diagnostic d’une maladie sous-jacente.

Deux cas de figure peuvent se présenter : la peau qui brûle associée à une éruption cutanée, le plus souvent érythémateuse ; et la peau qui brûle sans symptômes dermatologiques, mais des symptômes d’un autre organe.

La peau qui brûle...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires