Soins de support en oncologie - Le pharmacien, précieuse charnière du premier recours

Soins de support en oncologieLe pharmacien, précieuse charnière du premier recours

Mireille Peyronnet
| 14.01.2019

Le 15 décembre 2018, avait lieu à Lyon-Bron, une journée consacrée aux soins de supports homéopathiques en oncologie, organisée par la Fédération Française des Sociétés Homéopathiques (FFSH) et la Société Homéopathique Internationale des Soins de Support en Oncologie (SHISSO), réunissant plus d’une centaine de professionnels de santé. Le rôle du pharmacien auprès des cancéreux et de leurs proches y a été largement évoqué.

  • graph
  • J. Sicard

L'intervention de Jérôme Sicard titulaire officinal à Châlons-en-Champagne (Marne) fut particulièrement appréciée révélant une profonde réflexion sur le rôle du pharmacien de ville auprès des patients atteints de cancer. Au sein de son officine, il côtoie également d’autres professionnels en contact avec ces patients, médicaux ou paramédicaux et d’autres encore mais qui n’ont jamais eu affaire à la cancérologie (coaches, coiffeurs). Ensemble, ils décident de bâtir une association...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires