Prise en charge des douleurs chroniques - L'Académie de médecine s'inquiète du déficit en spécialistes

Prise en charge des douleurs chroniquesL'Académie de médecine s'inquiète du déficit en spécialistes

Charlène Catalifaud
| 22.10.2018

Alors que la Journée mondiale de lutte contre la douleur a eu lieu le 15 octobre, l'Académie nationale de médecine publie ses recommandations « pour une meilleure prise en charge des patients ». Elle préconise notamment de « consolider l'existence des 273 structures spécialisées douleur chronique (SDC) », mises en place au cours des 20 dernières années.

Ce rapport est le fruit d'un groupe de travail multidisciplinaire, comprenant notamment des médecins spécialistes de la douleur, des neurologues et des pédiatres, qui s'est réuni plusieurs fois entre 2015 et 2018.

Plus d'un tiers de la population adulte française souffre de douleurs chroniques résistantes aux traitements standards. Ces douleurs rebelles, qui ont des répercussions sur la vie personnelle et professionnelle, sont prises en charge au sein des SDC....

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires