Un cercle vicieux - BPCO : un tiers des patients continuent de fumer

Un cercle vicieuxBPCO : un tiers des patients continuent de fumer

Christine Fallet
| 22.10.2018

Le sevrage tabagique est une première étape de prise en charge du patient atteint de BPCO souvent difficile à passer. Il est important de comprendre pourquoi.

  • BPCO

Le tabagisme actif est la principale cause de la BPCO, qu’un fumeur a de 3 à 5 fois plus de chance de contracter qu’un non-fumeur. « Cependant, le mécanisme moléculaire expliquant la variabilité de cette atteinte en réponse à la cigarette reste inconnu », a précisé la Dr Mirna Waked, ex-présidente de la Société libanaise de pneumologie. La cigarette entraînerait une inflammation composée de neutrophiles, macrophages et lymphocytes infiltrant le tissu pulmonaire.

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires