Pour mieux comprendre les stratégies de défense bactérienne - Des biofilms pathogènes modélisés

Pour mieux comprendre les stratégies de défense bactérienneDes biofilms pathogènes modélisés

Nicolas Tourneur
| 18.10.2018

Les biofilms se forment lorsque des bactéries se rassemblent et développent des structures 2D ou 3D caractérisées par la sécrétion d’une matrice adhésive. Cette dernière protège les bactéries des agressions extérieures et leur permet de former ensemble comme une manière de quasi-organisme aux fonctions parfois relativement complexes. La modélisation récente d'un biofilm permet de mieux comprendre cette nouvelle menace.

Il est possible de trouver des biofilms partout où il y a des bactéries, au fond d’un évier mal entretenu comme à la surface des grandes étendues d’eau douce que constituent les lacs mais aussi dans notre propre organisme bien sûr. Pouvant empêcher les traitements antibiotiques d’atteindre les bactéries, le biofilm devient particulièrement dangereux lorsqu’il se forme sur ou au sein de tissus cellulaires, envahit des sutures ou recouvre la surface de cathéters. Chaque année, des centaines...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires