2e Forum international de dermatologie - De nouvelles recommandations pour la dermatite atopique

2e Forum international de dermatologieDe nouvelles recommandations pour la dermatite atopique

Christine Fallet
| 09.07.2018

Près de 1 000 dermatologues de 75 pays se sont réunis à Barcelone, les 28 et 29 juin, pour le Forum international de dermatologie, présidé par le Pr Ulrike Blume-Peytavi (Allemagne). Les experts ont fait le point sur six thèmes importants pour la pratique : dermopédiatrie et gérontodermatologie, oncodermatologie, capillaire, dermatite atopique, photoprotection et acné. Ces deuxièmes rencontres de dermatologues, venus du monde entier, ont permis de riches échanges et partages de compétences sur les grands sujets d’actualité en dermatologie, comme la dermatite atopique.

  • dermatite

La dermatite atopique (DA) est une dermatose inflammatoire fréquente qui peut affecter jusqu'à 20 % des enfants et 10 % des adultes selon le pays. L'évolution se fait par poussées avec des périodes de rémission. Le prurit induit des lésions de grattage qui peuvent être colonisées secondairement par Staphylococcus aureus. Elle est caractérisée par une altération de la barrière cutanée, des modifications immunologiques et du microbiote cutané..

Des mutations du gène de la...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires