Dans les années suivant le diagnostic de diabète de type 2 - Une intensification importante des traitements

Dans les années suivant le diagnostic de diabète de type 2Une intensification importante des traitements

Pascale Solere
| 26.04.2018

L’étude des prescriptions de traitement du diabète de type 2 de 2006 à 2015 en France montre un recours croissant aux iDPP4 et moins d’inertie thérapeutique.

  • diabète

À partir des bases de données du Sniiram, une étude a ausculté l’évolution des prescriptions d’antidiabétiques oraux (ADO) dans les huit premières années après le diagnostic, de 2008 à 2015. Elle porte sur les plus de 45 ans non traités par ADO en 2006-2007 ayant eu au moins trois délivrances en 2014, soit environ 60 000 personnes

S’y ajoute une comparaison des prescriptions des diverses classes d’antidiabétiques entre la période de 2008 à 2012 et celle de 2013 à 2017 chez...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires