Schizophrénie - Un médicament connecté pour contrôler l'observance

SchizophrénieUn médicament connecté pour contrôler l'observance

Fabienne Rigal
| 27.11.2017

L’agence du médicament aux États-Unis a approuvé, entre autres pour les patients schizophrènes, un comprimé comportant un capteur qui signale si le médicament a bien été pris. Des questions éthiques se posent.

Les comprimés d’Abilify MyCite, médicament à base d’aripiprazole commercialisé par les laboratoires Otsuka et récemment autorisé par la Food and Drug Administration (FDA), comportent un capteur qui, au contact des sucs digestifs, émet un signal électrique. Celui-ci, transmis à un patch collé sur le thorax, envoie au smartphone, via une appli, la confirmation qu’il a bien été ingéré. Les patients peuvent donner l’accès à ces informations à leurs proches et à leur médecin.

 

...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires