Médecine pratique - Mycose toujours…

Médecine pratiqueMycose toujours…

Pr Philippe Humbert
| 19.10.2017

Si l’on écoute le grand public, tout serait mycose. Toute plaque rouge qui démange serait une mycose. Or il faut savoir que dans notre métropole, les mycoses sont rares. À tel point qu'il était admis, il y a quelques années, que lorsqu’un médecin posait le diagnostic de mycose il avait sept chances sur 10 de se tromper.

  • Intertrigo
  • candidose buccale
  • candidose
  • Syndrome des ongles jaunes
  • Syndrome des bourrelets latéraux

Il faut savoir que le diagnostic de mycose se porte sur une association de signes cutanés et que le prélèvement ne peut être le seul élément du diagnostic positif. En effet celui-ci peut être négatif alors qu’il existe une mycose, ou peut être positif lorsque la présence du champignon n’est pas responsable de la maladie.

Il existe trois grandes familles de « champignons », sachant que ce terme ne doit pas être employé par les professionnels de santé.

LES...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
non substituable

Les nouvelles règles pour le « non substituable »

Les cas où la mention « non substituable » (NS) peut être apposée sur l'ordonnance par le prescripteur viennent d'être définis par un arrêté paru aujourd'hui au « Journal officiel ». Voulues par la ministre de la Santé, Agnès... 8

Partenaires