La capacité à souffrir - Une question de structure neurologique

La capacité à souffrirUne question de structure neurologique

Benoît Thelliez
| 01.06.2017

Invité des 3e Carrefours de la douleur organisés par le laboratoire Mylan, le Pr Alain Serrie, spécialiste reconnu de la douleur, est revenu sur les notions extrêmement complexes qui recouvrent ce phénomène et évoqué les différences entre l’Homme et les animaux sur cette question.

  • DouleurHomme

« Un monde sans douleur serait-il un monde idéal ? » La question posée par le Pr Alain Serrie, chef du service de médecine de la douleur – médecine palliative de l’hôpital Lariboisière à Paris, appelle évidemment une réponse négative puisque ce phénomène physique sert grandement au diagnostic et permet de prévenir des complications parfois fatales, comme pour ces enfants atteints d’insensibilité congénitale à la douleur qui atteignent rarement l’âge adulte.

Aussi...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires