Publi-rédactionnel réalisé par le Quotidien du Pharmacien Agence pour le Laboratoire AAZ-LMB - autotest VIH®, élargir l’offre de dépistage

Publi-rédactionnel réalisé par le Quotidien du Pharmacien Agence pour le Laboratoire AAZ-LMBautotest VIH®, élargir l’offre de dépistage

Caroline Nidelet
| 05.05.2017

En septembre 2015, l’autotest VIH®, conçu et fabriqué en France par la société française AAZ-LMB, est venu élargir l’offre de dépistage existante. Seul autotest de dépistage du VIH à posséder aujourd’hui le marquage CE délivré par l’organisme notifié français (LNE/G-MED), il a récemment été récompensé par le prix Galien dans le volet « Dispositif médical ». Une récompense qui salue à la fois la prouesse technique et le potentiel que cette innovation représente dans la promotion du dépistage.

Pour l’ONUSIDA, « les cinq prochaines ­années représentent une occasion unique, mais fragile, d’accélérer la riposte au sida »(1) et ainsi espérer mettre fin, d’ici à 2030, à l’épidémie de sida en tant que menace de santé publique. Et pour l’organisation internationale, c’est le diagnostic tardif du VIH qui reste l’obstacle le plus important à l’intensification du traitement et qui contribue à la transmission du virus.
En France, 20 000 personnes porteuses du VIH ne connaissent pas leur statut (2). Le dépistage reste donc aussi un axe fort de la lutte contre le VIH, mais plus encore le dépistage précoce. En effet, plus le ­dépistage est précoce, plus l’accès aux traitements et à la prévention l’est aussi.
En 2015, parmi les 6 000 personnes qui ont découvert leur séropositivité dans notre pays, 27 % étaient à un stade avancé (< 200 CD4 ou sida) (3), ce qui correspond à une ­véritable perte de chance face à la maladie.
Peur d’être stigmatisé, difficulté d’accès au dépistage, manque d’information… les freins au dépistage sont nombreux. C’est pourquoi le gouvernement français, poussé par les associations de patients, avec en tête AIDES et HF Prévention, a ­décidé de proposer de nouveaux modes de dépistage, parmi lesquels les autotests. Disponibles en officine depuis septembre 2015, ils renforcent le rôle des pharmaciens dans la lutte contre le VIH.

L’autotest VIH®, le fruit d’un long travail

L’autotest VIH® est un dispositif médical de diagnostic in vitro (DMDIV) destiné à être utilisé par le public. Six ans de recherche et développement ont été nécessaires à sa commercialisation. Le cahier des charges, établi en collaboration avec des partenaires scientifiques et associatifs, imposait en effet que l’autotest VIH® offre de nombreuses caractéristiques :
● Sensibilité et spécificité. Pour obtenir le marquage CE, l’autotest VIH® a dû démontrer qu’il était aussi sensible et spécifique qu’un test Elisa de laboratoire de troisième génération pour détecter les infections au VIH-1 et/ou VIH-2.
● Fiabilité. L’autotest VIH® étant destiné à être utilisé par tous, sa lecture ainsi que son interprétation se devaient d’être les plus simples et les plus claires possibles. Les études de praticabilité, réalisées en France par les équipes du Dr Prazuck, ainsi que la notice didactique et illustrée, conçue avec la participation des associations françaises de lutte contre le VIH/sida et les experts français du VIH, ont permis d’atteindre cet objectif.
● Simplicité. Afin d’éviter au maximum les erreurs de manipulations, le dispositif a été étudié pour en limiter les étapes et être facile à mettre en œuvre. L’autotest VIH® ne nécessite aucun équipement de laboratoire (bain-marie, centrifugeuse…). Il est constitué d’une colonne immuno-chromatographique miniaturisée à laquelle sont directement intégrés les systèmes de prélèvement et de contrôle (le témoin). De plus, une goutte de sang de 2,5 ul suffit à la réalisation du prélèvement, quantité moindre que pour d’autres autotests VIH. Un atout à prendre en considération car la praticabilité d’un test repose notamment sur les modalités de recueil de l’échantillon.

(1) ONUSIDA. Accélérer la riposte pour mettre fin au sida. Stratégie pour 2016-2021. (2) Crips Ile-de-France. Décryptage, le test rapide de dépistage du VIH. http://www.lecrips-idf.net/. Consulté le 8 décembre 2016. (3) Santé Publique France. Dépistage du VIH, découverte de séropositivité VIH et diagnostics sida. 28 novembre 2016. (4) Réévaluation de la stratégie de dépistage de l’infection à VIH en France, Rapport HAS, mars 2017. (5) Données internes Mylan au 30/09/2016. (6) Études réalisées sur 503 personnes provenant des États-Unis et de l’Union européenne.

autotest VIH® (ref interne AS-VIH-001) est destiné à l’autodiagnostic du VIH pour un usage privé par des profanes. Cet autotest est fiable pour détecter une infection au VIH de plus de 3 mois. Ce dispositif médical de diagnostic in vitro est un produit de santé réglementé qui porte, au titre de cette règlementation, le marquage CE. Lire attentivement les instructions figurant dans la notice d’utilisation et demander éventuellement conseil à votre pharmacien. En cas de doute sur le résultat obtenu, consulter votre médecin. autotest VIH® est un moyen complémentaire de dépistage du VIH parmi d’autres possibilités existantes. autotest VIH® ne dépiste que l’infection du VIH et pas les autres maladies sexuellement transmises. Fabriqué par AAZ-LMB, Sogaris 217 - 94664 Rungis Cedex. Avril 2017.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3