Hépatocarcinome - Les nouveaux traitements de l'hépatite C hors de cause

HépatocarcinomeLes nouveaux traitements de l'hépatite C hors de cause

Damien Coulomb
| 27.04.2017

Il y a un an, deux études attiraient l’attention des hépatologues sur un possible surrisque d’hépatocarcinome chez les patients ayant été traités avec succès par les nouveaux traitements oraux de l’hépatite C. Une série de résultats présentés lors du congrès de la société européenne d’étude du foie montrent non seulement que ce surrisque n’existe pas, mais isolent en outre les facteurs de risque individuels d’hépatocarcinome.

  • HEP C

En 2016, le Pr Jordi Bruix de l’institut d’investigation biomédicale de Barcelone et son équipe avaient fait état d’une augmentation de la fréquence de récurrence d’un cancer hépatocellulaire après un traitement oral sans interferon..

Ces résultats avaient entraîné une extension de la réévaluation des nouveaux antiviraux à action directe (AAD) par l’agence européenne du médicament (EMA), qui examinait déjà le risque de réactivation de l’hépatite B. À l’occasion du...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires