Un entretien avec le Pr Philippe Humbert - « Des soins devenus indispensables dans notre société »

Un entretien avec le Pr Philippe Humbert« Des soins devenus indispensables dans notre société »

Charlotte Demarti
| 13.03.2017

Soin antirides, hydratant visage, antirougeurs ou antitaches… Les produits de dermocosmétique font désormais partie de notre quotidien. Ils s’adressent à des peaux à tendance pathologique, ce qui les différencie des cosmétiques qui sont, eux, dédiés à la peau saine sans remplacer le médicament. Explications du Pr Philippe Humbert, dermatologue.

  • Pr Humbert
  • produits

Le Quotidien du pharmacien. Aujourd’hui, quelle est la place des soins apportés à la peau ?

Philippe Humbert. Ils sont devenus indispensables dans notre société. Tout d’abord car la peau s’est modifiée avec les générations : elle est moins poilue, plus sèche, sécrète moins de sébum et les peaux « sensibles » ont fait leur apparition. Ensuite parce que l’évolution de notre mode de vie a un impact non négligeable sur la peau : les voyages, le tabagisme, les...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Vaccination officine

À la Une Vaccination à l'officine : les leçons d'un succès Abonné

L'expérimentation de la vaccination antigrippale à l'officine s'est achevée le 31 janvier dernier. Tandis que plus de 156 000 patients ont été vaccinés au total, les présidents des URPS Pharmaciens des deux régions tests dressent un premier bilan positif et pensent déjà aux améliorations à apporter pour la prochaine campagne vaccinale. Commenter

Partenaires