Cicatrisations des plaies - Le biofilm, mythe ou réalité ?

Cicatrisations des plaiesLe biofilm, mythe ou réalité ?

Dr Maia Bovard Gouffrant
| 20.02.2017

La question du biofilm est évoquée dans toutes les pathologies infectieuses car il est partout. Il augmenterait le risque infectieux et retarderait la cicatrisation des plaies. La recherche sur des pansements ou des molécules antibiofilm est en plein essor, mais les méthodes usuelles ne permettent pas de le mettre en évidence, de plus on manque de critères cliniques et bactériologiques fiables pour faire la preuve de leur efficacité.

  • mythe

L’existence du biofilm a été mise en évidence dès 1676 par le Dr Van Leeuwnenhoek sur la plaque dentaire. Depuis les années 1970, il a fait l’objet de recherches au niveau des matériaux implantés dans l’organisme, mais son impact dans les plaies n’a véritablement attiré l’attention que dans les années 2000.

Le biofilm est une organisation bactérienne complexe : les bactéries créent une matrice multidimensionnelle hydratée constituée de protéines-glucides-acides nucléiques...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires