Cicatrisations des plaies - Le biofilm, mythe ou réalité ?

Cicatrisations des plaiesLe biofilm, mythe ou réalité ?

Dr Maia Bovard Gouffrant
| 20.02.2017

La question du biofilm est évoquée dans toutes les pathologies infectieuses car il est partout. Il augmenterait le risque infectieux et retarderait la cicatrisation des plaies. La recherche sur des pansements ou des molécules antibiofilm est en plein essor, mais les méthodes usuelles ne permettent pas de le mettre en évidence, de plus on manque de critères cliniques et bactériologiques fiables pour faire la preuve de leur efficacité.

  • mythe

L’existence du biofilm a été mise en évidence dès 1676 par le Dr Van Leeuwnenhoek sur la plaque dentaire. Depuis les années 1970, il a fait l’objet de recherches au niveau des matériaux implantés dans l’organisme, mais son impact dans les plaies n’a véritablement attiré l’attention que dans les années 2000.

Le biofilm est une organisation bactérienne complexe : les bactéries créent une matrice multidimensionnelle hydratée constituée de protéines-glucides-acides nucléiques...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Notice

Autotests : des notices à revoir, selon l'Académie de pharmacie

Les notices de plusieurs autotests commercialisés en pharmacie sont inexactes et de nature à rassurer ou inquiéter à tort les usagers, pointe une étude de l’Académie de pharmacie. Autotests VIH, tétanos, allergie, anémie… Des... 3

Partenaires