IVG médicamenteuse - Des douleurs fréquentes et intenses

IVG médicamenteuseDes douleurs fréquentes et intenses

Anne-Lucie Acar
| 23.01.2017

Les résultats d’une étude soutenue par la Fondation de l’Avenir et pilotée par le centre Clotilde Vautier de la clinique mutualiste de Nantes révèlent que 27 % des femmes ayant réalisé une IVG par voie médicamenteuse ont ressenti des douleurs très intenses au 3e jour et 83 % d’entre elles indiquent avoir pris des antidouleurs lors du traitement.

Malgré une large diffusion des méthodes contraceptives médicales, le recours à l’interruption de grossesse volontaire (IVG) reste stable en France.

En 2015, 220 000 interventions ont été pratiquées, dont 57 % par voie médicamenteuse : un pourcentage qui ne cesse d’augmenter depuis 1990. C’est l’une des raisons qui a conduit le Centre Clotilde Vautier à lancer une étude spécifique sur la douleur dans ce type d’IVG, soutenue par la Fondation de l’Avenir. « Depuis sa...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires