Antiviraux d'action directe - Un risque de réactivation de l’hépatite B

Antiviraux d'action directeUn risque de réactivation de l’hépatite B

Charlotte Demarti
| 12.12.2016

Dans de rares cas, les antiviraux d’action directe, nouveaux traitements contre l'hépatite C, se sont accompagnés d’une réactivation du virus de l'hépatite B chez des patients atteints par les deux virus B et C. L'Agence européenne du médicament préconise l'introduction de mesures de prudence dans les notices.

« Des patients co-infectés par le VHB et le VHC, qui sont traités par des antiviraux d'action directe (AAD), courent le risque d'une réactivation du virus de l'hépatite B, potentiellement mortelle », confirme l’Agence européenne du médicament (EMA). Les médicaments concernés en Europe sont Daklinza, Exviera, Harvoni, Olysio, Sovaldi, Viekirax, ainsi que Epclusa et Zepatier, autorisés en Europe ces derniers mois et bientôt disponibles en France.

Le risque de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires