Sevrage tabagique - En dépit d'études concluantes, le doute plane encore

Sevrage tabagiqueEn dépit d'études concluantes, le doute plane encore

Florence Quille
| 28.11.2016

La Société francophone de tabacologie a tenu son 11e congrès à Lille, mi-novembre. L’occasion pour les 350 participants de faire le point sur les dernières données disponibles en matière de sevrage tabagique.

  • tabac

Comme l’a rappelé le Dr Ivan Berlin, tabacologue au CHU de la Pitié-Salpêtrière, lors du 11e congrès de la Société francophone de tabacologie, les aides médicamenteuses au sevrage tabagique sont relativement récentes.

La plus ancienne, la gomme nicotinique, a été mise au point en 1973, par Ove Fernö, pharmacologue suédois, qui réussi à mettre de la nicotine dans de la gomme à mâcher (les personnels navigants des sous-marins utilisaient déjà du tabac oral mais sous une forme...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires