L'impact de la dermocosmétique lors des thérapies anticancéreuses - Prévenir et limiter les effets secondaires cutanés des chimiothérapies

L'impact de la dermocosmétique lors des thérapies anticancéreusesPrévenir et limiter les effets secondaires cutanés des chimiothérapies

Christine Nicolet
| 10.11.2016

Les nouveaux traitements contre le cancer provoquent chez 70 % des patients des toxicités cutanées importantes. Engagés depuis plus de trente ans dans la lutte contre le cancer cutané, les Laboratoires la Roche-Posay lancent un dispositif d'accompagnement des patients et des professionnels de santé.

  • jjjj

Aujourd'hui, la dermocosmétique peut jouer un rôle important auprès des patients pour les aider à mieux supporter et gérer les effets secondaires cutanés pendant une chimiothérapie ou une radiothérapie.

Depuis 2008, plus de 10 000 patients ont été pris en charge au centre thermal de la Roche-Posay, dont 2 500 en 2015. Les problèmes les plus fréquents sont les sécheresses sévères, les folliculites, les syndromes main-pied et les atteintes des ongles. Deux tiers des oncologues ne...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Notice

Autotests : des notices à revoir, selon l'Académie de pharmacie

Les notices de plusieurs autotests commercialisés en pharmacie sont inexactes et de nature à rassurer ou inquiéter à tort les usagers, pointe une étude de l’Académie de pharmacie. Autotests VIH, tétanos, allergie, anémie… Des... 3

Partenaires