Un décryptage inédit à partir d'une cohorte des années 1970 - Le mythe du « patient zéro » mis à mal dans le VIH

Un décryptage inédit à partir d'une cohorte des années 1970Le mythe du « patient zéro » mis à mal dans le VIH

Dr Irène Drogou
| 03.11.2016

L’équipe dirigée par Michael Worobey montre qu’il existait dès les années 1970 une forte diversité génétique du virus VIH aux États-Unis et que l’émergence du virus sur le sol américain provient d’une épidémie préexistante aux Caraïbes. Gaëtan Dugas, désigné comme le « coupable » d’où serait partie la terrible épidémie, n’est, définitivement, pas le « patient zéro ».

  • Gaëtan Dugas

Une analyse phylogénétique sans précédent sur les origines de la pandémie de VIH publiée dans « Nature » se double d’une lecture historique. Ce regard croisé met définitivement à mal le mythe du patient zéro pour le VIH mais aussi d’une manière plus large. La revue « Science » s’était déjà fait l’écho des premiers résultats en mars 2016 suite à leur présentation au dernier congrès de la Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires