Antibiothérapie - Le nez fait de l’antibiorésistance

AntibiothérapieLe nez fait de l’antibiorésistance

Nicolas Tourneur
| 31.10.2016

Un constat qui n’est paradoxal qu’en apparence a récemment ouvert la porte à une piste innovante en antibiothérapie : notre cavité nasale n’héberge pas seulement un germe potentiellement redoutable, le staphylocoque doré (Staphylococcus aureus), mais aussi l’un de ses ennemis naturels. Comme toujours dans la nature, il y a une logique à ceci.

  • Nez

Les diverses espèces de bactéries commensales se livrent dans le nez à une compétition intense pour occuper l’espace et y capter le maximum de nutriments - en l’occurrence des glucides et des acides aminés -. Même s’il s’agit d’un milieu relativement pauvre au plan nutritif, la cavité nasale n’en héberge pas moins chez chaque individu une cinquantaine d’espèces de bactéries en moyenne. Parmi elles, S. aureus constitue un facteur étiologique reconnu d’infections nosocomiales...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires