Pléthoriques et biaisées - Les méta-analyses remises en question

Pléthoriques et biaiséesLes méta-analyses remises en question

Fabienne Rigal
| 24.10.2016

Explosion de la production, études peu fiables, et liens d'intérêts marqués : c'est ce qu'un professeur en épidémiologie américain reproche aux méta-analyses portant sur les maladies et les médicaments. De quoi ébranler davantage le milieu de la recherche médicale.

  • pll

« Inutiles, trompeuses et empreintes de conflits d'intérêts » : la charge portée aux méta-analyses (et aux revues systématiques) par John Ioannidis, professeur en épidémiologie à l’université de Stanford (EU), est rude. Ce chercheur spécialisé dans la dénonciation des biais dans les études scientifiques (il est l'auteur en 2005 de « Pourquoi la plupart des découvertes publiées sont fausses »*) porte un nouveau coup à la recherche biomédicale, et cette fois-ci...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Génériques

Le GEMME propose une ROSP pharmacien pour la substitution de spécialités complexes

Malgré la volonté des pouvoirs publics de relancer le développement des génériques, l'état des lieux dressé par le GEMME reste en demi-teinte et les perspectives moroses. L'association des génériqueurs énumère une série de... Commenter

Partenaires