Chez les athlètes olympiques - Une mortalité réduite de moitié

Chez les athlètes olympiquesUne mortalité réduite de moitié

02.05.2016

Alors que la relation entre dose d’activité physique et bénéfices sanitaires reste mal établie, la pratique intense du sportif de haut niveau serait globalement un facteur de longévité, selon une étude de l’IRMES présentée lors de la « Première rencontre du sport santé ». Mais tous les athlètes ne sont pas logés à la même enseigne.

Une mortalité réduite de 40 à 50 % chez les sportifs de haut niveau comparée à celle de la population générale et jusqu’à 7 années de vie supplémentaires à 90 ans. Tels sont les principaux enseignements d’une série d’études inédite sur la longévité et les causes de mortalité d’athlètes français, présentée en ouverture de la « Première rencontre du sport santé ».

L’événement organisé par l’INSEP, l’AP-HP et l’IRMES se tenait mardi à l’Hôtel de ville de Paris....

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
FNI

Violente charge d'un syndicat infirmier contre les pharmaciens et le décret « services »

Attendu pour la mi-juillet, le décret « services » ravive les tensions entre les pharmaciens et les infirmiers. La Fédération nationale des infirmiers (FNI) était déjà montée au créneau contre la vaccination antigrippale par les... 12

Partenaires