Vieillissement cutané - Un soin de jour pour protéger la peau contre la pollution

Vieillissement cutanéUn soin de jour pour protéger la peau contre la pollution

25.02.2016

Alors que les effets de la pollution atmosphérique sur la santé sont bien connus, des preuves scientifiques démontrent qu’elle est une cause importante du vieillissement et des dommages cutanés. Conscient de la gravité du phénomène et très impliqué dans les problèmes des peaux sensibles, La Roche-Posay a réuni un comité d’experts pour minimiser les impacts cutanés de l’environnement.

  • L'exposition à l'ozone est fortement associée à la formation de rides sur le visage

La pollution de l’air est causée par les particules fines et par les gaz, principalement les oxydes d’azote mais aussi l’ozone, connu pour épuiser les antioxydants du stratum corneum.

« Le problème concerne tout le monde et n’affecte pas que les zones urbaines ou les grandes villes asiatiques, prévient le Pr Jean Krutmann, expert international UV et pollution, qui a mené une étude épidémiologique de grande envergure. L’effet délétère de la pollution sur la peau est accru par le...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires