Une série sur la fin de vie dans le « JAMA » - Mourir ailleurs qu’à l’hôpital, une volonté forte mais peu respectée en Europe

Une série sur la fin de vie dans le « JAMA »Mourir ailleurs qu’à l’hôpital, une volonté forte mais peu respectée en Europe

25.01.2016

La revue « JAMA » publie une série d’une vingtaine d’articles sur la fin de vie, dont la première étude internationale comparative et une autre sur la perception des soins par les familles. Une prise en charge hospitalo-centrée et agressive est moins bien vécue par les proches et les patients. Les États-Unis, pourtant très interventionnistes, ont étonnamment bien compris la volonté de ne pas mourir à l’hôpital. L’Europe a des progrès à faire.

  • Une prise en charge hospitalo-centrée et agressive est moins bien vécue par les proches et les...

Alors que le plan national 2015-2018 sur les soins palliatifs a été annoncé par Marisol Touraine début décembre et que la proposition de loi Leonetti-Claeys sur l’ouverture « à la sédation profonde et continue » jusqu’au décès prend la voie d’une adoption définitive en février (cf encadré), la revue « JAMA » publie une longue série d’articles sur la fin de vie qui fait directement écho aux débats actuels en France.

La série publiée sur la fin de vie s’appuie sur deux études...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires