Mort subite du nourrisson à la baisse - La question du couchage n’explique pas tout, d’autres facteurs interviennent

Mort subite du nourrisson à la baisseLa question du couchage n’explique pas tout, d’autres facteurs interviennent

07.12.2015

Une étude publiée dans « Pediatrics » sur 30 ans d’observation aux États-Unis met de nouveau en évidence que les consignes de couchage ne sont que l’un des facteurs expliquant la diminution des cas de mort subite du nourrisson. Certains sont déjà connus, le tabagisme maternel à la baisse ou la promotion de l’allaitement. Les mécanismes biologiques sous-jacents de vulnérabilité restent à découvrir.

  • La mortalité a chuté de 71 % en 3 décennies

Alors que les campagnes de santé publique sur le couchage des bébés se sont accompagnées d’une diminution de la mort subite du nourrisson (MSN), il ne s’agirait que de l’un des facteurs impliqués dans la baisse observée.

C’est ce que montrent des chercheurs du Boston Children’s Hospital et du Dana-Farber Cancer Institute, d’après l’analyse de 30 ans (1983-2012) de données de mortalité américaine dans une étude publiée dans « Pediatrics ». Les chercheurs rapportent que la campagne de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires