Conseil et écoute - Le rôle du pharmacien d’officine dans le sevrage

Conseil et écoute Le rôle du pharmacien d’officine dans le sevrage

12.11.2015

En s’engageant dans les modèles de coopération professionnelle proposés par la loi HPST, les pharmaciens d’officine deviendront des acteurs actifs du sevrage tabagique. Ceci sous-entend des modifications du métier.

  • Certains fumeurs achètent spontanément des substituts

Tout professionnel de santé a des connaissances de base sur le tabac, en tant que facteur de risque dans la plupart des pathologies chroniques, et sur les bienfaits de son arrêt dans leur évolution. Certains choisissent de s’engager davantage par des formations en tabacologie, en faisant connaître leur pratique dans ce domaine ou encore par leur écoute particulière sur le sujet. Ceci est valable pour les pharmaciens. S’ils vendent tous des substituts nicotiniques, certains ont également...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires