Tempête médiatique sur la viande rouge - Une occasion à saisir pour parler nutrition et cancer

Tempête médiatique sur la viande rougeUne occasion à saisir pour parler nutrition et cancer

02.11.2015

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), qui fait partie de l’OMS, vient de classer la viande rouge comme « probablement cancérogène » et la charcuterie comme « cancérogène ». Ce qui est connu et relayé par les agences sanitaires nationales depuis des années, soulève d’un coup un vent de panique. Pour l’INCa, c’est une occasion pour les professionnels de santé de faire passer les (bons) messages en matière de nutrition et cancer.

  • Cinq cents grammes de viande au plus par semaine sont recommandés

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’avait sans doute pas l’intention de semer la panique dans les foyers. Pourtant, la publication d’une monographie du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une branche de l’OMS, sur la classification de la charcuterie et de la viande rouge en cancérogène et probablement cancérogène a subitement défrayé la chronique. Comble de la situation, ces nouvelles données « ne changent absolument rien aux recommandations actuelles », selon...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires