Les diabétiques plébiscitent les outils connectés - Un glucomètre permettant un transfert des données sans contact

Les diabétiques plébiscitent les outils connectésUn glucomètre permettant un transfert des données sans contact

02.11.2015

Face à l’augmentation du nombre des diabétiques et aux mauvais chiffres de l’autosurveillance glycémique, les concepteurs de dispositifs de mesure vont toujours plus loin dans l’innovation. Ainsi, le nouveau lecteur de glycémie Glucofix Tech est équipé de nouvelles technologies permettant le transfert des résultats à un smartphone ou une tablette par simple rapprochement.

  • Les résultats transférés par simple rapprochement

Les applications de la e-médecine ont plusieurs fonctionnalités en diabétologie. Les glucomètres arrivent en tête des objets connectés et les systèmes communicants sont de plus en plus performants (interactions automatisées, télésurveillance ou délégations de taches), mais peu ont été validés scientifiquement. Les patients apprécient leur utilisation et se disent prêts à se connecter si le conseil vient de leur médecin (52 %).

Selon une récente enquête (mars 2015)...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires