Plusieurs mois d’attente pour l’accès à l’EEG - Épilepsies : le cri d’alarme des spécialistes

Plusieurs mois d’attente pour l’accès à l’EEGÉpilepsies : le cri d’alarme des spécialistes

02.11.2015

L’épilepsie est la deuxième maladie neurologique en France, sa prévalence est en moyenne de 1 %. Aujourd’hui, beaucoup d’épileptiques pourraient vivre beaucoup mieux s’ils étaient convenablement diagnostiqués, bien soignés et mieux suivis. Pour la première fois, les sociétés savantes de neurologie et tous les acteurs engagés dans ce domaine dénoncent des prises en charges inégales et souvent insuffisantes.

  • Des prises en charge insuffisantes, selon les neurologues et les sociétés savantes

La Société française de neurologie (SFN) a fait des recommandations, publiées l’an dernier, sur la prise en charge de la première crise d’épilepsie, car c’est à ce moment-là qu’il importe de mettre les patients dans une bonne filière de soins. En pédiatrie, plus de 90 000 enfants sont concernés. Or il est difficile de mettre ces recommandations en pratique en raison des difficultés d’accès à un neurologue et à un électro-encéphalogramme (EEC), qui reste un examen crucial. L’épilepsie se...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
OTC

À la Une L'automédication à la recherche d'un second souffle Abonné

Marché en berne, définition floue, voire négative, défiance des usagers, concurrence de produits sans AMM et hors monopole : l'automédication semble en mauvaise posture. Pourtant, des nouvelles stratégies industrielles et commerciales laissent espérer un sursaut à ce segment qui doit encore trouver sa place dans le parcours de soins. 2

Partenaires