Pas de SEP mais une autre maladie auto-immune - Le vaccin anti-HPV est associé à un risque (faible) de Guillain-Barré

Pas de SEP mais une autre maladie auto-immuneLe vaccin anti-HPV est associé à un risque (faible) de Guillain-Barré

17.09.2015

La direction générale de la santé (DGS) a communiqué les résultats de l’étude CNAMTS et ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) sur la vaccination anti-HPV et le risque de maladies auto-immunes. Cette étude pharmaco-épidémiologique chez plus de 2,2 millions de jeunes filles françaises est la plus solide au plan international. Les résultats, très attendus, ont de quoi surprendre.

  • 78 % des jeunes filles âgées de 13 à 16 ans sur la période 2008-2013 ont été incluses

Le risque du vaccin HPV n’est pas là où on l’attendait. L’étude française lancée par la CNAMTS et l’ANSM, méthodologiquement la plus robuste, menée chez 2,2 millions de jeunes filles, soit un effectif double de la plus importante publiée jusqu’ici, révèle des résultats plutôt rassurants sur l’association du vaccin anti HPV et le risque de maladies auto-immunes (MAI). Alors qu’une quarantaine de procédures pénales sont en cours sur le lien entre vaccin HPV et sclérose en plaques (SEP),...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires