Dans le mélanome, l’immunothérapie évolue rapidement - Un anti-PD1 bientôt en première ligne

Dans le mélanome, l’immunothérapie évolue rapidementUn anti-PD1 bientôt en première ligne

11.06.2015

Des résultats préliminaires très attendus des oncologues spécialisés dans le traitement du mélanome ont été présentés au congrès de l’ASCO ce weekend : Une étude de phase III, portant sur des patients atteints de mélanome métastatique, naïfs de tout traitement, révèle que l’anti-PD1 nivolumab est plus efficace que l’anti-CTLA-4 ipilimumab – actuellement le traitement de référence. L’association des deux anticorps est également apparue plus efficace que chaque molécule administrée en monothérapie. Ces résultats devraient bientôt changer la pratique.

  • En France: plus de 11 000 nouveaux cas de mélanome et 1700 décès par an.

JUSQU’À très récemment, on ne disposait que d’un médicament – une chimiothérapie classique – dans le mélanome métastatique. Mais l’avènement de l’immunothérapie a tout changé. L’anticorps anti-CTLA-4,

ipilimumab, mis sur le marché en 2011, est devenu le traitement de référence. Depuis, ce sont 6 autres molécules qui ont été approuvées par la FDA, l’agence américaine du médicament.

Les deux derniers en date, le pembrolizumab et le nivolumab, disponibles aux États-Unis depuis l...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires