Une méthode « portative » et moins chère - Poser un diagnostic grâce à des bactéries génétiquement modifiées

Une méthode « portative » et moins chèrePoser un diagnostic grâce à des bactéries génétiquement modifiées

01.06.2015

Des chercheurs de Montpellier expliquent dans « Science Translational Medicine » comment leur équipe a réussi à concevoir des bactéries de synthèse « intelligentes », enfin performantes pour le diagnostic chez l’homme. Ces biocapteurs cellulaires (ou « biosenseurs »), petits et peu coûteux, pourraient être assez rapidement disponibles en pratique, si les questions sociétales liées au caractère génétiquement modifié trouvent des réponses adaptées.

  • L’utilisation de bactéries modifiées soulèvent des questions sociales et éthiques

Comment faire du diagnostic de façon « portable » et moins cher qu’à l’hôpital ? Les cellules, très spécifiques, très sensibles, répondant de façon intégrée à quantité de signaux dans la nature, et faciles à obtenir par réplication autonome, ont longtemps eu le profil d’un candidat idéal... sans arriver à convaincre. C’est chose (presque) faite par une équipe INSERM et CNRS de Montpellier, qui a conçu et mis au point des biosenseurs performants utilisables chez l’homme.

Le travail...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Être adjoint en 2017-0
Dossier web

Être adjoint en 2017

Entretien pharmaceutique, dépistage, conciliation médicamenteuse... Les adjoints peuvent s'investir dans de nombreuses missions. Ils peuvent aussi, depuis quelques mois, acquérir jusqu'à 10 % des parts d'une officine dans laquelle ils exercent.

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.