La corticothérapie inhalée dans le traitement de la BPCO - Une arme à double tranchant

La corticothérapie inhalée dans le traitement de la BPCOUne arme à double tranchant

26.05.2015

Alors que le comité de pharmacovigilance de l’agence européenne du médicament commence une réévaluation du rapport bénéfice-risque des corticoïdes inhalés prescrits pour traiter la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), une méta analyse montre que si ce traitement augmente bien le risque de pneumonie, il diminue aussi la mortalité toute cause, y compris celle liée à la pneumonie.

  • La corticothérapie doit être réservée aux patients ayant les exacerbations les plus graves  avec...

C’EST UN RÉSULTAT pour le moins étonnant : selon une méta analyse présentée au congrès de l’American thoracic society par le Dr Ena Gupta, de l’école de médecine de l’université de Floride, un traitement de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) par corticothérapie inhalée augmenterait bien le risque de pneumonie, mais réduirait dans un même temps la mortalité, y compris la mortalité associée à la pneumonie.

Les auteurs ont inclus 38 études, dont 29 essais randomisés et...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires