Manger, bouger, l’étude française qui montre que ça marche - Le risque cardio-vasculaire baisse grâce aux campagnes

Manger, bouger, l’étude française qui montre que ça marcheLe risque cardio-vasculaire baisse grâce aux campagnes

07.05.2015

L’équipe du Pr Olivier Dubourg de l’hôpital Ambroise Paré (AP-HP) a mesuré l’évolution du risque cardio-vasculaire dans la population des Hauts-de-Seine, depuis l’interdiction du tabagisme dans les lieux publics et la diffusion en de messages de prévention nutritionnelle, en 2007. Les résultats de l’étude CARVAR 92, publiés en ligne dans « PLos One », sont de nature à donner un nouvel élan à la politique de prévention des facteurs de risque en France.

  • L’étude CARVAR 92  a été réalisée auprès  de 20 000 personnes

BOUGER, manger mieux, cesser de fumer, la diffusion large de ces messages de prévention dans l’Hexagone depuis 2007 a-t-elle, dans les faits, un impact réel sur l’état de santé cardio-vasculaire de la population ? La réponse est oui, selon l’étude CARVAR 92, qui a estimé le risque cardio-vasculaire chaque année, entre 2007 et 2012, chez plus de 20 000 participants dans une même tranche d’âge, dans les Hauts-de-Seine.

« Ce n’était pas écrit d’avance, explique le Pr Olivier Dubourg,...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Conseil d'Etat

Communication : le Conseil d’État desserre l'étau

Dans une étude rendue publique hier, le Conseil d’État préconise la suppression de l'interdiction de la publicité pour les professionnels de santé, y compris pour les pharmaciens, du code de la Santé publique. Il se déclare même... 1

Partenaires