Traitement anti-obésité - Mysimba : l’Europe dit oui, la France dit non

Traitement anti-obésitéMysimba : l’Europe dit oui, la France dit non

Mélanie Maziere
| 07.04.2015

La France aura tout tenté pour que Mysimba n’obtienne pas son autorisation de mise sur le marché européenne. En vain. L’Agence du médicament revient sur les différentes étapes de sa contestation étayée par des données cliniques.

LA PILULE ANTI-OBÉSITÉ Mysimba a obtenu son sésame européen le 26 mars, à la grande joie de son fabricant, le Californien Orexigen Therapeutics, dont ce médicament est le seul de son portefeuille. Et au grand dam de la France, qui a tout fait pour que cela n’arrive pas.

Mysimba est une combinaison de deux molécules connues, la naltrexone, indiquée dans la dépendance à l’alcool et aux opiacés et commercialisée sous le nom de Revia (et génériques), et le bupropion, utilisé dans la...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires