Cigarette électronique - Ne pas la recommander ni la diaboliser

Cigarette électroniqueNe pas la recommander ni la diaboliser

12.03.2015

Ni ange, ni démon, la cigarette électronique suscite un réel engouement. Entre faits inconnus et questions émergentes de santé publique, quelle place les praticiens peuvent-ils lui accorder dans le cadre du sevrage tabagique ?

  • Formellement déconseillée aux non-fumeurs, aux ex-fumeurs et ex-vapoteurs, ainsi qu’aux mineurs

LA PLACE de la cigarette électronique dans le sevrage tabagique est très débattue. Si l’on regarde les faits, elle connaît un véritable succès. L’enquête ETINCEL-OFDT rapportait, en novembre 2013, un taux d’expérimentation de 18 % chez les 15-75 ans. Un usage quotidien était déclaré dans 3,3 % des cas, ce qui représente 1,5 million de personnes, dont 650 000 en usage exclusif. Les raisons de ce succès sont multiples. Il s’agit d’un produit identifié comme le plus proche de la cigarette ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
FNI

Violente charge d'un syndicat infirmier contre les pharmaciens et le décret « services »

Attendu pour la mi-juillet, le décret « services » ravive les tensions entre les pharmaciens et les infirmiers. La Fédération nationale des infirmiers (FNI) était déjà montée au créneau contre la vaccination antigrippale par les... 8

Partenaires