Étiquetage nutritionnel - L’autre bataille du projet de loi de santé

Étiquetage nutritionnelL’autre bataille du projet de loi de santé

29.01.2015

« Faciliter l’information nutritionnelle pour aider le consommateur dans ses choix pour sa santé », tel est l’objectif de l’article 5 du projet de loi de santé grâce à un nouvel étiquetage non encore précisé. Si la nouvelle signalétique sur cinq couleurs recommandée par le rapport Hercberg semble avoir les faveurs du gouvernement, en coulisse, les industriels de l’agroalimentaire s’opposent encore fermement à ce système.

  • Les effets de l'étiquetage actuel sont nuls en termes de santé publique

« JE SUIS en faveur d’un outil permettant de rendre compréhensible une information, aujourd’hui trop complexe, sur la qualité nutritionnelle des produits alimentaires industriels », déclarait Marisol Touraine le 19 juin dernier, lors de la présentation des orientations de son projet de loi de santé. « De nombreuses marques m’ont fait part de leur intérêt pour une telle démarche. Il nous faut faire aboutir la réflexion sur ce que pourra être cet outil », avait-elle prudemment ajouté. À ce...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires