L’année cosmétique - Soins et beauté, version 2014

L’année cosmétiqueSoins et beauté, version 2014

Christine Nicolet
| 05.01.2015

Une année pleine de charme, de fantaisie et d’audace qui ose les techniques les plus sophistiquées et les soins les plus délicats. Telles sont les premières impressions lorsqu’on se penche sur le merveilleux défilé de lancements et d’innovation au service de la beauté et du soin de la peau de l’année écoulée.

  • Sérum, crème, eau, la galénique décline ses gammes au service de la beauté
  • Les soins du corps sont loin d'être les parents pauvres de la dermocosmétique
  • Magnifier le regard, c'est aussi possible en pharmacie

QUELQUES gouttes qui changent tout. Discrets, invisibles et fluides, ils s’appliquent du bout des doigts, quelques gouttes suffisent. Cette année, les sérums sont devenus des alliés beauté incontournables. Novexpert les qualifie de boosters, l’un concentre dans un seul flacon l’équivalent en quantité de 20 injections d’acide hyaluronique pour une peau lissée et rajeunie, l’autre réunit dans un seul flacon 5 omégas pour protéger tous les types de peau, été comme hiver. Pour celles qui...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires