Une nouvelle approche de l’alcoolo-dépendance - La réduction de consommation plutôt que l’abstinence totale

Une nouvelle approche de l’alcoolo-dépendanceLa réduction de consommation plutôt que l’abstinence totale

Christine Fallet
| 27.10.2014

L’approche thérapeutique de l’alcoolo-dépendance est en pleine évolution. Avec la Recommandation Temporaire d’Utilisation (RTU) accordée par l’ANSM au baclofène et l’arrivée du nalmefène (Selincro), les perspectives de prise en charge évoluent vers un nouveau paradigme : la réduction de la consommation d’alcool, plutôt que l’abstinence totale.

  • Baclofène et nalmefène viennent élargir l’arsenal thérapeutique contre l’alcoolo-dépendance

C’EST un fait. Dans le cadre de la prise en charge de l’alcoolo-dépendance, les médicaments disponibles jusqu’ici (acamprosate, naltrexone, disulfirame) avaient une AMM limitée au maintien de l’abstinence après sevrage. Aucun d’entre eux n’avait donc jusqu’à présent une AMM pour la réduction de la consommation d’alcool.

Enfin, une RTU pour le baclofène.

Depuis 2008 et la sortie du livre « Le dernier verre » du Dr Olivier Ameisen, le baclofène a été largement médiatisé pour...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Laits infantiles contaminés : les pharmaciens ont fait le job, selon l’USPO

Selon Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO), les titulaires ont, en majorité, très bien géré la crise des laits contaminés. De même, la profession a parfaitement joué son rôle dans... 9

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.