Un entretien avec le Pr Daniel Floret, président du comité technique des vaccinations (HCSP) - « La situation actuelle n’est pas tenable »

Un entretien avec le Pr Daniel Floret, président du comité technique des vaccinations (HCSP)« La situation actuelle n’est pas tenable »

22.09.2014

Dans un avis rendu public à la fin de la semaine dernière, le Haut Conseil de la santé publique a appelé à une politique vaccinale plus volontariste. Il demande qu’un débat public sur le maintien ou non de l’obligation vaccinale et que la gratuité de la vaccination soit garantie. Explications avec le Pr Floret.

  • Le Pr Daniel Floret
LE QUOTIDIEN : Pourquoi cette remise en cause de l’obligation vaccinale ?

Pr DANIEL FLORET. - Je crois qu’il y a là un vrai problème dans la mesure où nous sommes pratiquement le seul pays européen avec les Italiens - qui eux aussi d’ailleurs sont en train d’en revenir - à avoir des obligations vaccinales. Dans tous les pays industrialisés, cela n’existe pas. C’est quand même une exception culturelle française qui, par ailleurs, pose une série de problèmes.

Toutefois l’avis ne tranche...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Lactalis

À la Une Retraits de lots : objectif zéro défaut Abonné

À ce jour, aucun bébé ne se trouve en danger. Mais l’affaire du lait contaminé aurait pu très mal tourner. Elle révèle surtout que les systèmes d’alerte et de retrait de lots sont perfectibles. Et pas seulement dans la grande distribution puisque 44 pharmaciens ont été épinglés par la DGCCRF pour avoir détenu dans leurs officines des boîtes de laits concernés par les retraits de lots. Commenter

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.