Syndrome des jambes sans repos - Un antiépileptique supérieur aux dopaminergiques

Syndrome des jambes sans reposUn antiépileptique supérieur aux dopaminergiques

20.02.2014

La prise d’agonistes de la dopamine dans l’indication du syndrome des jambes sans repos permet de réduire la gène des patients, mais peut paradoxalement augmenter les symptômes au bout d’un an de traitement. Des résultats montrent que l’on arrive à de meilleurs résultats au prix d’un risque moindre avec un antiépileptique, la pregabaline.

Difficile de mettre au point un traitement pour une maladie dont les mécanismes sont mal connus. Caractérisé par le besoin irrépressible de bouger les membres inférieurs, on ne sait pas encore si le syndrome de jambes sans repos est dû à un état hyperdopaminergique ou hypodopaminergique. Certaines théories suggèrent également que la maladie serait causée par une baisse des quantités de glutamate disponibles.

Ces différentes explications compliquent la mise au point d’un traitement,...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Conseil d'Etat

Communication : le Conseil d’État desserre l'étau

Dans une étude rendue publique hier, le Conseil d’État préconise la suppression de l'interdiction de la publicité pour les professionnels de santé, y compris pour les pharmaciens, du code de la Santé publique. Il se déclare même... 1

Partenaires