Par la voie de la protéine p53 - Un gène du bronzage lié au cancer du testicule

Par la voie de la protéine p53Un gène du bronzage lié au cancer du testicule

17.10.2013

Des chercheurs ont identifié un variant d’un gène du bronzage (KITLG) associé à un risque de cancer du testicule multiplié par 3 chez les Caucasiens, en conduisant une vaste étude génomique portant sur les cibles génétiques de la protéine p53. Ce variant, bien plus fréquent chez les Européens caucasiens (80 %) que chez les Africains (24 %), pourrait avoir été sélectionné chez les Caucasiens afin de protéger leur peau claire plus vulnérable aux rayons UV.

  • La lumière ultraviolette active le signal p53- KITLG dans les kératinocytes

« LE FACTEUR DE RISQUE génétique identifié est associé à l’un des plus grands risques observés dans les études d’association génomique du cancer », souligne le Dr Douglas Bell du National Institute of Environmental Health Sciences (NIH, États-Unis) qui a co-dirigé avec le Dr Gareth Bond de l’Université d’Oxford (Royaume-Uni) cette étude publiée dans la revue Cell.

« Nous pensons que ce facteur pourrait se révéler utile pour identifier les individus à haut risque pour ce cancer ou...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires