Une étude sur le sevrage tabagique - Les cigarettes électroniques aussi efficaces que les patchs

Une étude sur le sevrage tabagiqueLes cigarettes électroniques aussi efficaces que les patchs

12.09.2013

L’évaluation de l’efficacité de la cigarette électronique a fait l’objet d’une étude randomisée et contrôlée. Les résultats chez les 657 personnes de l’étude montrent une efficacité qualifiée de « modeste », équivalente à celle des substituts nicotiniques, avec peu d’effets secondaires. Ils reflètent aussi la popularité de ce moyen, plébiscité par les utilisateurs.

  • Vapoter plutôt que fumer, une solution aujourd’hui très prisée

L’ÉTUDE PUBLIÉE dans « The Lancet » et présentée au congrès annuel de l’European Respiratory Society, qui se tient à Barcelone, est la seconde étude contrôlée qui évalue les cigarettes électroniques (e-Cg) pour le sevrage tabagique et la première étude comparative avec les patchs à la nicotine.

Conduite par le Pr Chris Bullen (Université d’Aukland, Nouvelle Zélande), l’équipe de recherche a recruté 657 fumeurs par des annonces dans la presse.

Tous ces sujets étaient des...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires