Questions sur ordonnance - M. Edmond T., 71 ans
Formation thérapeutique du Pharmacien

Questions sur ordonnanceM. Edmond T., 71 ans

19.11.2012

M. T., pour qui son épouse vient régulièrement se procurer le traitement d’une maladie d’Alzheimer légère, présente depuis ce matin tous les signes cliniques d’une grippe. Le médecin souhaite prendre toutes les précautions pour ce patient vulnérable, mais aussi pour son épouse qui, seule, s’occupe de lui. Il a donc prescrit deux traitements spécifiques de la grippe : l’un pour le patient déjà touché (cette prescription), l’autre, prophylactique, pour sa femme, de 68 ans, qui a été en contact avec le virus et n’est pas vaccinée et à laquelle il prescrit donc du Tamiflu, à raison de 1 gélule chaque matin pendant 10 jours.

  • M. Edmond T., 71 ans - 1
Quels sont les principes actifs ?

– L’oseltamivir (Tamiflu) inhibe la neuraminidase, l’enzyme de la paroi du virus grippal permettant sa séparation des cellules épithéliales infectées après multiplication. Son administration minimise la sympto-

matologie de l’infection grippale et diminue la durée de la maladie. Il s’administre par voie orale – contrairement au zanamivir (Rélenza) qui agit sur les bronches après inhalation.

– Le paracétamol est classiquement prescrit dans tout...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires