Les résultats 2012 de l’enquête ObÉpi - La progression de l’obésité ralentit

Les résultats 2012 de l’enquête ObÉpiLa progression de l’obésité ralentit

22.10.2012

Près de 15 % de la population adulte française est obèse, soit sept millions de personnes. Mais, selon les résultats 2012 de l’enquête nationale ObÉpi-Roche, la progression de l’obésité ralentit pour la première fois depuis 15 ans. La répartition géographique est identique : l’obésité est plus importante au nord qu’au sud et à l’est qu’à l’ouest de la France.

  • Quinze pour cent de la population française est obèse

EN 2012, sept millions de Français souffrent d’obésité alors qu’ils n’étaient que 3,5 millions en 1997. Les résultats 2012 de l’enquête épidémiologique nationale ObÉpi montrent toutefois que, pour la première fois depuis 15 ans, la progression de l’obésité ralentit en France. « L’évolution de la prévalence de l’obésité est non significative entre 2009 et 2012 », indique le Dr Marie-Aline Charles (INSERM), l’une des responsables du comité scientifique de l’enquête avec le Pr Arnaud...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
coupable

À la Une Pénuries de médicaments : qui est coupable ? Abonné

Les ruptures d'approvisionnement en vaccin antigrippal que rencontrent actuellement les pharmaciens remettent sur les devants de la scène les propositions du rapport sénatorial sur les pénuries de médicaments et de vaccins. Et font émerger diverses pistes, dont une meilleure utilisation du DP-Ruptures pour identifier les causes de ces pénuries. Commenter

Partenaires