Pas de bêta-lactoglobuline et beaucoup de caséines - Le lait hypoallergénique d’une vache transgénique

Pas de bêta-lactoglobuline et beaucoup de caséinesLe lait hypoallergénique d’une vache transgénique

11.10.2012

Une nouvelle approche dans la synthèse de lait de vache sans bêta-lactoglobuline (hypoallergénique) est proposée par des chercheurs néo-zélandais. L’expression ciblée de micro-ARN (miARN) chez un veau transgénique permet non seulement de réduire la protéine allergénique à l’état de traces, mais aussi d’obtenir un accroissement des autres protéines de lait, en particulier les caséines. La manipulation génétique ne semble pas, à première vue, être responsable d’altérations phénotypiques, mais cela reste à vérifier soigneusement à l’avenir.

  • Une manipulation génétique permettrait la synthèse de lait de vache hypoallergénique

POUR RÉDUIRE les proportions de bêta-lactoglobuline (BLG, une protéine du petit-lait) dans le lait de vache, on utilise classiquement des formules hypoallergéniques. Cette solution n’est pas idéale, ce qui a conduit à des tentatives de réduction de la BLG au travers de la répression de son gène ou, alternativement, du processus d’interférence ARN (ARNi). L’ARNi est un mécanisme d’inactivation épigénétique post-transcriptionnelle où deux types d’ARN ont un rôle clé : le miARN et le siARN ...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
picto

Pictogramme grossesse : une fausse bonne idée à réviser

L’apposition de pictogrammes « médicament et grossesse » est une intention louable, mais la coexistence de deux pictogrammes, présents sur 60 à 70 % des médicaments, est une source d’inquiétude parfois infondée pour les patientes... Commenter

Partenaires