OraQuik, le meilleur du pire rencontré sur Internet

OraQuik, le meilleur du pire rencontré sur Internet

06.09.2012

Aux États-Unis, la vente libre du test OraQuick est « sûrement une bonne chose car l’accès aux soins est moins facile et plus coûteux : il y a un retard au dépistage beaucoup plus important qu’en France », note le Pr François Simon, (service de microbiologie de l’hôpital Saint-Louis-université Paris-Diderot). L’équipe de l’hôpital de Saint-Louis qui avait effectué, en 2010, un large essai de comparaison des différents tests rapides en collaboration avec 200 patients, a toutefois montré...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Telemedecine

À la Une Téléconsultation, mode d'emploi Abonné

Longuement expérimentée, la télémédecine va devenir une réalité pour tous les Français le 15 septembre prochain. Téléconsultation et télé-expertise sont désormais encadrées par un avenant à la convention médicale. Un nouveau dispositif dans lequel les pharmaciens devraient pouvoir trouver leur place. Commenter

Partenaires