Questions de comptoir autour des chimiothérapies orales

Questions de comptoir autour des chimiothérapies orales

05.07.2012

Le pharmacien a un rôle très important à jouer dans le cadre de la délivrance et du suivi des anticancéreux administrés per os. Le Dr Olivier Mir (cancérologue et pharmacologue, service de cancérologie, Hôpital Cochin, Paris) a évoqué quelques cas concrets en ce domaine.

D’ABORD des recommandations d’ordre général, mais qui n’en sont pas moins essentielles. Le patient dispose-t-il du numéro de téléphone du service d’oncologie hospitalier qui a en charge son traitement ? A-t-il été informé en détail des effets indésirables possibles ? S’il s’agit de possibles diarrhées en connaît-il la définition ? Dans quels cas convient-il de suspendre immédiatement le traitement ?

La plupart des types de toxicités sont « gérables », à condition de prendre le temps...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
rosp

3 000 euros en moyenne pour 7 ROSP

Chaque pharmacie touchera en moyenne 3 000 euros au titre de la rémunération sur objectifs de santé publique, hors génériques. Cette rémunération comprend les ROSP du volet « qualité de services et modernisation de l’officine »... Commenter

Partenaires