Une structure bien délimitée - Un anatomiste russe aurait isolé le point G

Une structure bien délimitéeUn anatomiste russe aurait isolé le point G

07.05.2012

Hypothétique puis insaisissable, le point G a suscité des débats enflammés. Il a maintenant une existence anatomique, puisqu’Adam Ostrzenski annonce l’avoir disséqué sur le cadavre frais d’une femme de 83 ans.

PENDANT des siècles, les femmes ont fait état d’un gonflement de la partie supérieure du vagin antérieur au cours de l’excitation sexuelle. En 1950, Ernest Gräfenberg illustrait pour la première fois cela, en publiant ses travaux sur « le rôle de l’urèthre dans l’orgasme féminin ». Ainsi nommé en raison de l’initiale du nom de celui qui l’a décrit, le point G avait, par la suite et pendant longtemps, continué à être considéré comme un simple concept d’un phénomène qui exprimait des...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
nego

Négociations conventionnelles : la FSPF claque la porte

Coup de théâtre ce matin dès la première séance des négociations conventionnelles rouvertes à l’initiative de la CNAM mais à laquelle la FSPF refuse désormais de participer. Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats... 18

Partenaires